Tout comme New York, Ostende peut se targuer d’un riche passé de la culture des huîtres. A la fin du 19e siècle déjà, l’huître plate d’Ostende figurait à la carte de tous les restaurants de luxe d’Europe et était appréciée jusqu’à la cour des tsars de Russie. Les parcs à huîtres ostendais furent déjà gravement endommagés pendant la Première Guerre mondiale, mais le coup fatal leur fut porté dans les années 70 en raison de la mauvaise qualité de l’eau de mer.

Le site des huîtrières De Oesterput au Spuikom, à proximité du phare, commença il y a 15 ans la culture et l’affinage de la seule véritable Ostendaise. Le résultat : une huître douce, moins salée que sa cousine française ou zélandaise, une huître grand public pourrait-on dire. Selon les Français, le nom huître ferait référence aux huit mois avec r pendant lesquels se consomment les huîtres. Vous glanerez bien d’autres anecdotes encore sur cette perle ostendaise lors d’une visite du Oesterput ou d’un séjour au Oesterhoeve.

Depuis plus de 20 ans, la famille Puystjens élève cette délicatesse au Spuikom. Les Ostendaises grandissent pendant environ 4 ans dans des cages en métal jusqu’à ce qu’elles soient prêtes à être consommées. La teneur en sel de la mer et les algues du Spuikom procurent aux huîtres un goût unique. Dégustez-les au naturel, simplement avec un peu de citron et du poivre noir.

L'Ostendaise

1,75 €Prix
Quantités

    ©2020 par La passion du goût.

    • Facebook
    • Instagram
    • Google Places